10 conseils pour entendre “J’en reprendrais bien” Août 29, 2017

Par Yema Trucs & Astuces

Tôt ou tard presque tous les enfants passent par une phase où ils refusent tout d’un coup de manger des légumes. Avec ces conseils, Claire vous apprend comment mettre fin, ou encore mieux, devancer cette phase. 

1- Un bon début c’est la moitié du travail

Ca vaut vraiment la peine de faire goûter le plus tôt des textures et des saveurs différentes (surtout dans le cas des légumes les plus amers).

Par nature, nous préférons le sucré. C’est pourquoi il est important de ne pas stimuler cette préférence en leur donnant trop de fruits, de boissons sucrées, de pâtes à tartiner, de biscuits pour bébé, de gâteaux et de bonbons. L’un des conseils de mon premier livre Easy Peasy est de remplacer les collations aux fruits par des légumes chez les tout-petits.

2- Prendre du temps pour les nouveaux goûts

Pas toujours facile de faire manger un nouvel aliment à un enfant. Cela n’a rien à voir avec le fait de ne pas vouloir goûter ou d’être difficile. C’est simplement parce qu’ils ne connaissent pas encore beaucoup de choses et sont méfiants. Ils ne mangent pas leurs asperges vertes ou leur chou rouge la première fois ? Pas de souci. Continuez à en préparer et à leur en proposer. Après l’avoir vu plusieurs fois, ils auront envie d’essayer et de goûter. Oh ! Et  pour les tout-petits (bébés) appliquez donc cette règle : il faut minimum 8 fois avant qu’ils ne connaissent un goût et se mettent à l’apprécier. 

3- Choisir une assiette à compartiments

Les enfants ne raffolent pas des repas qui tiennent en une assiette : les pâtes, les purées, les salades-repas. Ils ne voient pas ce qu’ils mangent et tous les goûts sont mélangés. La plupart des bébés et des bambins détestent ça. C’est pour cela que les assiettes à compartiments sont de bonnes solutions. Remplissez deux compartiments avec des légumes. Vous verrez, ils en mangeront plus !

4- Varier les textures et les modes de cuisson

Les carottes cuites ne passent pas ? Essayez les carottes crues. Pas moyen de leur faire manger des brocolis ? Essayez un peu en les passant au four et gratinés au fromage. Hors de question de manger des courgettes au wok ? Peut-être qu’en soupe ça ira mieux En bref, la texture est souvent plus importante que le goût chez les enfants. Mes enfants préfèrent quand les légumes sont légèrement cuits et croquants plutôt que lorsqu’ils sont dans un plat mijoté.

5- Servir aussi des choses qu’ils aiment

« Je ne veux pas manger. » « Je n’ai pas faim. » « Je n’aime pas les… » Fatiguant ! Vous avez passé plus d’une heure à cuisiner et voilà ce à quoi vous avez droit ? L’astuce?  Toujours servir aussi quelque chose qu’ils aiment bien pendant le repas. Il s’agit souvent de la première bouchée. Si ça passe, les autres suivront. Et sans même le savoir, tous les épinards seront engloutis.

6- L’appétit vient en voyant

Notre première question quand nous recevons des parents qui ont besoin de conseils est : “qui d’entre vous retire aussi le poivron de la sauce ?” Ça semble être un cliché mais c’est vrai: donnez l’exemple ! Ce n’est pas parce que vous n’aimez pas les flocons d’avoine ou les œufs que c’est aussi le cas pour vos enfants. Essayez tant que possible de ne pas adapter vos repas aux goûts de vos enfants. Sinon, en un rien de temps, toute la famille ne mangera plus que des pâtes à la sauce tomate.

7- De “non” à “oui”

Parfois, poser une limite claire et être consistent peut aider. Non c’est non. Mais bien souvent lors du repas, cela amorce un combat que vous ne voulez peut-être plus mener. Essayez alors de vous concentrer sur le « oui ». Remplacez « Non, tu ne peux pas laisser ça, tu dois le manger » par « Oui, tu n’es pas obligé de manger tes légumes mais alors tu dois manger ça ou ça ». Ou encore « Encore deux bouchées et puis tu peux arrêter. ».

Certains parents règlent le problème en échangeant l’aliment problématique « Si tu n’aimes vraiment pas tu ne dois pas le manger mais alors tu dois le remplacer par quelque chose d’autre ». Ils peuvent alors remplacer les épinards, les brocolis ou les courgettes par des crudités comme par exemple des carottes, du concombre ou des poivrons. Ce n’est pas idéal mais dans certains cas, c’est toujours bien de réussir à leur faire tout de même manger des légumes.

8- De “devoir” à “vouloir”

Se battre pour les repas (pas de dessert si tu ne vides pas ton assiette) et obliger à vider une assiette : mauvaise idée. En général, cela crée un véritable dégoût par rapport à l’aliment en question et ça ne donnera pas envie aux enfants de tester de nouveaux aliments. Essayez de ne pas en faire tout un plat. C’est quand même mieux s’ils mangent par envie et non par obligation, non ? 

9- Attention aux en-cas

« Ils n’ont pas faim », « Ils n’aiment pas ça » ou « Pas moyen de le faire manger ». Comptez juste une fois tous les en-cas qu’ils mangent sur une journée. Un biscuit par-ci, un morceau de jambon par-là, une boisson, une pomme. Pas étonnant qu’il ne reste plus de place dans leur petits ventres. Essayez de limiter à un en-cas par jour, de préférence à heures fixes, et assis à une table. 

10- Tout ira bien

Il arrive que parfois, ils n’aiment vraiment pas quelque chose. Et ce n’est pas grave. Parfois c’est juste une phase et ils finiront par manger mieux. Laissez couler sans pour autant arrêter d’essayer de leur faire manger des aliments sains.

 

Claire van den Heuvel| Easy Peasy est un site hollandais où les parents peuvent puiser de l’inspiration sur comment nourrir leur famille sainement et consciemment. Au propre comme au figuré. www.easypeasyacademy.nl
Crédits photos : Easy Peasy FAMILY, Jeroen van der Spek

Article précédent
Á la rencontre de Claire van den Heuvel Á la rencontre de Claire van den Heuvel
Article suivant
Une copieuse recette de burger végétarien Une copieuse recette de burger végétarien

Cet article pourrait vous plaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs à compléter sont marqués de *